Lecture : Les Brumes de Cendrelune Georgia Caldera #PLIB2020

Salut tout le monde ! Hey, ça ne fait que deux mois depuis le dernier article, c’est pas trop mal, non ? De toute façon ce blog a toujours été tenu en dilettante et je crains qu’il n’y ai pas de changement à venir …

Enfin bref, nous sommes fin juillet, il est temps pour moi de vous sortir un article parce que le temps passe, septembre approche et donc la fin du PLIB ! J’ai encore trois finalistes à lire : Félines, Je suis fille de rage et Mer mortes. Vous connaissez maintenant les prochains articles à venir sur le blog.

Maintenant que cette petite mise au point est faite, c’est partit pour notre chronique du jour!

Dans le royaume de Cendrelune, les dieux épient les pensées des hommes, et leur Exécuteur, l’Ombre, veille à condamner tous ceux qui nourriraient des envies de rébellion.

Or, il semble que certaines failles existent. À l’âge de 17 ans, Céphise ne vit en effet que pour se venger. Depuis qu’on l’a amputée d’une partie d’elle-même et privée de sa famille, elle ne rêve plus que d’une chose : s’affranchir de la tyrannie du tout-puissant Orion, Dieu parmi les dieux. Et contre toute attente, il se pourrait qu’elle ne soit pas seule…

Bienvenue au royaume de Cendrelune, un lieu où la tristesse semble être la seule véritable souveraine. Les dieux y ont élu résidence et la cité est sous le contrôle total d’Orion, un dieu dont la puissance écrase le peuple. Dès les premières pages on comprend que l’ambiance à Cendrelune est particulière et on réalise vite pourquoi. Orion sait tout, ce qui lui donne le pouvoir de tuer toute tentative de rébellion dans l’œuf. Avec la puissance de sa terrifiante Ombre il écrase son peuple et le plonge dans une souffrance éternelle.

J’ai été rapidement intriguée par Cendrelune. Cette cité étrange où tout est surveillé et dominée par un être tout puissant qui n’hésite pas à torturer son peuple « pour son bien ». C’est toute une ambiance qui englobe le roman dans son ensemble. Et qui permet de rapidement entrer dans l’histoire et de comprendre les personnages. J’ai vraiment eu l’impression que Céphise était en accord avec le lieu où elle vivait. Cette tristesse, cette peine qui rend chaque jours plus difficile, il se ressent aussi bien à travers elle que par les description de la cité.

Céphise nous est présenté comme un personnage solitaire, isolée et mise au banc de la société. C’est une « rapiécée », c’est à dire une personne dont certains membres ont été amputés et remplacés par des membres de métal. C’est aussi un personnage qui a connu de nombreuses souffrances dès son plus jeune âge. On ignore rien de son histoire, puisqu’il s’agit de l’introduction du roman et j’ai aimé que l’autrice nous explique directement comment notre héroïne en était arrivé là dans la vie. Parfois faire un trop long suspens sur les circonstances qui ont transformés les personnages peut être lourd.

Bien que Céphise soit une solitaire, elle n’est pas seule. Entourée par son ami Halfdan et Lothaire, le père de celui ci. Elle évolue dans une vie aussi normal qu’elle peut être à Cendrelune. Comprenez par là : tout sauf normale.

Le second personnage principal est Verlaine, un jeune homme tout aussi solitaire que Céphise. Ils évoluent séparément à Cendrelune, dans deux mondes qui ne sont pas censé se croiser. L’énergie entre ces deux personnages est ce que j’ai préféré. Ils sont tous les deux pleins de nuances, de tristesse et de rêves contradictoires. Il y a entre eux quelque chose de tragique mais de terriblement beau. Et j’ai eu un véritable coup de coeur pour Verlaine, qui est, je crois, le personnage que je préfère.

C’est un jeune homme emplit de colère, de nuances, de frustration. Il est complexe et ses envies le sont également. Je ne peux pas en dire plus sans spoiler, mais c’est vraiment un personnage très intéressant.

Mais le roman ne s’arrête pas sur ses deux personnages. En passant la narration à d’autres personnages l’autrice nous permet de mieux comprendre les enjeux de l’histoire. On peut ainsi suivre les motivations d’autres personnages et comprendre une vérité qui semble évidente dès le début de la lecture : personne n’est heureux à Cendrelune.

Je ne connaissais pas la plume de Georgia Caldera avant de lire les Brumes de Cendrelune. Et c’est une belle découverte. J’ai vraiment envie d’en savoir plus, et j’espère que ces personnages trouveront un peu de lumière dans cette cité si grise. Les descriptions sont incroyables, elles nous transportent sans soucis à travers le monde créé par l’autrice et l’histoire est vraiment prenante.

ISBN : #ISBN9782290165614

Ma note :


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s