Lecture : Vert-de-Lierre de Louise le Bars #PLIB2020

Hello mes p’tits poissons !

Alors pour commencer, je sais que ça fait quelques temps sans articles, mais mon ordinateur a eux quelques soucis, tout va bien maintenant donc soyez prêt.e.s pour de régularité ! Oui, oui, vous avez bien lu.

Je vous ai dit que j’étais juré pour le PLIB 2020? Non? Oh, ok. Alors pour celleux d’entre vous qui ne sauriez pas de quoi je parle le Prix Littéraire de l’Imaginaire Booktubeurs App récompense les livres francophones des littérature de l’imaginaire et ce sont des blogueur.se.s, booktubeur.e.s ou bookstagrameur.se.s qui constituent le juré. C’est un prix organisé de manière totalement bénévole par une équipe vraiment super ! La route vers le gagnant compte plusieurs étapes et la deuxième vient de se terminer, c’est à dire la sélection des vingt livres en lisse pour le prix. Et c’est justement de l’un d’eux dont je vais vous parler. Mais avant, si jamais mon explication vous laisse avec plus de questions que de réponses, je vous conseille d’aller voir le super site du PLIB.

Vert-de-lierre raconte l’histoire d’Olivier, un écrivain de thriller en manque d’inspiration. Après la mort de sa grand-mère il retourne dans le petit village de celle-ci et s’intéresse à une vieille légende locale : celle du Lierreux. Cet être mystique à l’aspect végétal occuperait la région. Passionné par ce récit en étant enfant, Olivier va s’y plonger à nouveau en tant qu’adulte. Il sera alors plongé au cœur d’une enquête mêlant visions et doutes, surnaturel et réel. Légende et histoire, mais aussi romance et mystère …

Je crois que sans le PLIB je n’aurais peut être pas lu ce roman. Et, même si je ne suis pas sûre de trouver le meilleur moyen d’en parler, ça aurait été dommage de ne pas le lire. Pourquoi je ne sais pas comment en parler ? Disons que cette lecture a été plutôt mitigée. Le roman a des bases qui me plaisent énormément : on parle beaucoup de mythologie romaine, de la nature, du rôle des plantes. On sent que l’autrice a soignée le plus de détails: les personnages principaux s’appellent Olivier, Rose, Dahlia. Dans une histoire centrée sur un être végétal ce sont loin d’être des choix anodin.

L’histoire se passe dans un monde tout à fait réel, on est en France, à notre époque. Et pourtant les éléments fantastiques s’accordent sans mal dans le récit. Olivier annonce dès le début qu’il a des visions depuis l’enfance, et ces dernières apportent souvent les réponses aux intrigues qui se créent durant la lecture.

L’écriture poétique participe à rendre ce livre particulier. Il y a un lyrisme assez présent, qui sert dans toute la partie romance de l’histoire. Parce que oui, en parallèle des recherches sur la légende on suit une romance assez intrigante et étrange. Cette romance prends d’ailleurs parfois le pas sur la quête première du personnage principal. A tel point que par moment on n’en vient à ce demander où se trouve le Lierreux (c’est le nom de l’être végétal) dans toute cette histoire.

Vert-de-lierre est donc un roman qui me laisse sur une certaine confusion. Loin d’être un coup de coeur, ce n’est pas non plus un livre que j’ai détesté. Cependant, je ne l’ai pas assez apprécié pour le choisir pour mes vingt sélectionné. Mais il a plu à d’autre puisqu’il continu l’aventure PLIB.

Voici ma note pour ce roman :

N’hésitez pas à me donner vos avis si vous avez lu, ou désirez lire ce roman. En attendant je vous dit à bientôt pour un prochain article.

ISBN9782490417247


Une réflexion sur “Lecture : Vert-de-Lierre de Louise le Bars #PLIB2020

  1. J’aurais tellement aimé que la dernière partie du livre ressemble plus à la première… Peut être que la LC a aussi marqué la rupture entre les deux parties distinctes parce qu’on a bien coupé au milieu du livre… Bref, je cherche des excuses mais au fond je suis juste un peu déçue parce que pas mal de critères étaient réunis pour en faire une chouette histoire (la légende, le mystique, les personnages, la nature etc…) mais ça s’essouffle quand même un peu trop… et ce personnage principal annoncé comme un enquêteur hors pair qui ne voit pas l’évidence alors qu’elle se trouve sous son nez… Hein, bon !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s